Présentation des coulisses de la Pléiade !

Au cas où vous ne le sauriez pas, depuis 1931, la bibliothèque de la Pléiade est une des collections majeures de l’édition française, et même mondiale. Au-delà de paraître dans cette collection, il s’agit d’une consécration pour les écrivains qui y rentrent. C’est notamment pour ces raisons que son édition doit être à la hauteur de son niveau de prestige. PCA-CMB participe à la réalisation de ce prestigieux ouvrage.

Quelles sont les particularités de la Pléiade ?

La police de caractères

Les ornements des lettres de la Pléiade sont des éléments caractérisant l’élégance de la collection, et cet effet est possible grâce à la police de caractère « Garamond Monotype ».

La disparition des caractères de plomb faillit porter un coup fatal à ces ornements : le Garamond monotype ne faisait pas partie des polices informatiques standardisées. Il a donc fallu recréer de toutes pièces les quarante-trois ligatures (élégantes arabesques liant deux lettres entre elles) de cette police à l’aide d’un logiciel spécialement conçu à cet effet. Un peu plus de technique en suivant ce lien !

Le choix du papier

Vous pourriez croire que le papier choisi pour la Pléiade est anodin, mais il n’en est rien. Afin d’assurer le confort de la lecture et de garantir la qualité dans le temps, le papier Bible 36 grammes offre aux lecteurs la finesse et la solidité. Il doit offrir aux auteurs l’immortalité et aux collectionneurs une garantie de longue conservation.

Il a l’inconvénient d’être plutôt transparent à l’origine, c’est pourquoi il est opacifié par la suite. La pâte chimique utilisée en plus permet de faire durer l’ouvrage dans le temps, le protège aussi contre la pollution.

Les étapes d’édition de la Pléiade

la pléiade

La Pléiade, c’est un an de travail, organisé en trois parties distinctes que nous vous présentons ici :

La composition

Aujourd’hui, tout se fait à partir de fichiers numériques.

Du fait de la particularité de la police de caractère (avec ligatures) le travail de mise en page est très délicat. L’opérateur(trice) doit porter une attention particulière sur les césures (coupures de mots en fin de ligne). Il(elle) doit aussi tenir compte tenu du faible grammage du papier utilisé, et de son opacité réduite, apporter une attention particulière au respect du registre, c’est-à-dire à la superposition exacte de la zone imprimée des pages qui se trouvent sur un même feuillet (l’une au recto, l’autre au verso). PCA-CMB a formé ses opératrices spécialement pour la composition et le respect de l’œuvre initiale

L’impression

Depuis quelques années, la collection de la Pléiade est imprimée sur des machines rotatives qui permettent de sortir des bandes de papier imprimées déjà pliées.

Les films ont été abandonnés au profit du procédé CTP (computer to plate). Outre un gain de temps, ce procédé offre une meilleure définition du texte : en supprimant le film, on élimine une matrice intermédiaire entre le fichier et la plaque.

La reliure

Une fois l’impression effectuée, nous pouvons passer à l’étape finale : la reliure. Pour connaître davantage de technique sur ce sujet, vous pouvez suivre ce lien !

PCA-CMB est très fier de participer à l’élaboration de ces ouvrages.

N’hésitez pas à nous contacter pour vos projets d’édition ? Vous souhaitez en savoir plus sur notre méthode ? Vous pouvez nous contacter avec le formulaire ci-dessous :

Réagissez à cet article

En panne d’inspiration ? Pris par le temps ? PCA vous relaie.