Les clés pour une mise en page de qualité de votre ouvrage

Lorsque la préparation éditoriale est validée, une ultime phase de révision et de conception est encore à faire. La réalisation de la maquette et la mise en page sont des étapes importantes pour un résultat final professionnel et de qualité.

En effet, n’oublions pas qu’elles reflètent le message que souhaite véhiculer l’auteur.  Une mauvaise mise en page risque de mettre en péril le succès de l’ouvrage…  

PCA-CMB vous dévoile donc tous ses conseils pour ces étapes clés dans l’édition de votre livre ! 

1/ Réalisation d’une mise en page dans les règles de l’art avec PCA-CMB 

Saviez-vous que la mise en page d’un livre influence notre envie ou non de le lire ? Taille et type de police, largeur de lignes, taille des paragraphes : tant de choix qui rendent la lecture plus aisée ou plus difficile… Ce sont donc des éléments à prendre en compte avant de débuter sa mise en page.  

En effet, ayant une grande influence sur la lecture, la qualité rédactionnelle d’un manuscrit pourrait être occultée par de mauvais choix de mise en page.  

Les conseils techniques de PCA-CMB pour la mise en forme de votre manuscrit 

Tout d’abord, avant de démarrer la mise en forme il faut choisir le format de l’ouvrage. Cela doit être en adéquation avec le style, le contenu, le type de lecteur et aussi le prix de vente.  

Il est conseillé de miser sur une mise en page simple pour être efficace. Le contraire risque de fatiguer le lecteur et de le perdre avant la fin. Il faut veiller à aérer son texte (interlignes, paragraphes, chapitres) et ajouter des marges extérieures et intérieures suffisantes.  

Les codes de mise en page doivent aussi être les mêmes du début à la fin : style, nombre de polices limité, justification du texte, etc… 

De plus, quelques règles générales de composition sont à respecter :  

  • Les pages 1 et 2 doivent si possible être vierges sans pagination.  
  • La page 3 correspond au faux-titre. Elle contient exclusivement le nom du titre de l’ouvrage.  
  • Le verso, en page 4, peut rester vierge. Mais, il est possible aussi d’ajouter la page « du même auteur », avec une liste des précédents ouvrages par date de parution.  
  • A la différence du faux-titre, sur la page de titre, en page 5, il est possible d’ajouter en plus du titre des informations complémentaires comme le nom de l’auteur, de l’éditeur…  
  • La page de copyright est placée au verso. On y retrouve le nom et l’adresse de l’auteur, si auto-édition, ou de l’éditeur avec l’année de publication et le sigle de copyright. En cas d’une demande auprès de l’AFNIL, la mention de l’ISBN est obligatoire. Enfin, il est possible d’y ajouter un texte de réglementation sur la propriété intellectuelle.  
  • Pour les ouvrages de littérature, dans la mesure du possible, il est préférable que les chapitres débutent en page impaire. 

Conception de la maquette: un aperçu graphique du résultat final 

Quelques éléments sont nécessaires avant la conception de la maquette : le calibrage du texte (nombre de signes, longueur), le texte correctement préparé (d’où l’importance d’une bonne préparation éditoriale) et les illustrations choisies.  

PCA-CMB mise en page maquette

Le choix de la maquette est essentiel. Elle doit être adaptée au type d’ouvrage que vous réalisez : romans, beaux livres, ouvrages pratiques, scolaires … 

Il n’existe pas une maquette type par genre d’ouvrages. Une variété de possibilités existe selon le style de l’auteur, la cible de lecteurs visée, etc…  

Dans un premier temps, il faut donc se poser quelques questions simples :  

  • A qui s’adresse ce type d’ouvrage ? 
  • Quels choix de mise en page sont faits par des ouvrages du même genre ? 
  • Et surtout : quels sont les souhaits graphiques de l’auteur et de l’éditeur ? 

Quel que soit le type d’ouvrage, il faut veiller à traduire graphiquement son message et son ambiance générale. C’est un travail qui exige de grandes qualités créatives qu’il est conseillé de confier à un graphiste… 

Celui-ci aura un œil plus aiguisé en termes de mise en page et de rendu visuel.  

Il faut savoir que cette étape requiert du temps en raison des nombreux échanges, corrections et validations entre le graphiste, l’éditeur et l’auteur. 

2/ Correction d’épreuves, ultime étape avant l’impression du manuscrit 

La correction d’épreuves : à quoi correspond-elle ? 

La correction d’épreuves est une étape essentielle avant la signature du BAT, c’est-à-dire le Bon à Tirer, et le lancement de l’impression de l’ouvrage.  

En effet, cette étape est une véritable chasse aux coquilles qui auraient pu encore subsister ! 

Les éléments à vérifier pour une correction d’épreuves de qualité 

  • Le texte : à ce stade il s’agit de vérifier une dernière fois la qualité de la syntaxe, la grammaire, l’orthographe, le respect des règles typographiques. 
  • Contrôler la présence des veuves et orphelines  
  • Les entêtes et pieds de page 
  • Les césures : les éviter au maximum et si ce n’est pas possible s’assurer de respecter les règles d’usage.  
  • L’ordre de présentation : s’assurer que les diverses parties du document respectent un certain ordre.  
  • La hiérarchisation des titres : s’assurer que les attributs donnés aux titres et intertitres soient respectés.  
  • L’uniformité de la présentation générale du document : veiller à la logique du texte, des citations, des notes en bas de page et des légendes correspondantes aux images 
  • La table des matières : vérifier leur cohérence 
  • La pagination : vérifier les pages liminaires (page de faux-titre, page de titre, page de copyright, préface, sommaire, etc…) et les pages intérieures ainsi que les pages d’achevé 

Vous l’aurez compris, c’est un travail très méticuleux qui exige de la précision. En effet, oublier certaines étapes altère la qualité générale du document et l’image professionnelle de l’auteur… 

Et pour cela, une seule lecture ne suffit pas ! Malgré la réduction des délais, il est important de prendre le temps de vérifier en profondeur le document. Ces dernières vérifications sont précieuses pour offrir au lecteur un ouvrage de qualité et agréable à lire.  

Enfin, lorsque le contenu est entièrement contrôlé et validé, l’impression pourra être lancée ! 

PCA-CMB est à votre disposition pour plus de renseignements sur cette étape importante.  

Réagissez à cet article

En panne d’inspiration ? Pris par le temps ? PCA vous relaie.